Sélection « Fantômes »

Vous avez été très nombreux à nous envoyer vos contributions pour notre appel « Fantôme » et nous vous en remercions. C’est avec grand plaisir que nous vous dévoilons la sélection :

Minuit bruisse, grince, gémit et couve
Des chimères louches et des chats gris.
Les empreintes dans la neige le prouvent
Les fantômes accouchent de souris.

Pour les uns, les âmes passent de corps en corps,
Pour d’autres leurs fantômes sèment la terreur.
Je pleurerais moins ce faon mort sans tort,
S’il venait en loup-garou hanter son chasseur.

(Cliquer pour agrandir)

Valeria Barouch

*

(Cliquer pour agrandir)

Noël Bernard

*

Le tilleul centenaire sut abandonner
Son ombre, ses graines d’aile…enfin son feuillage
La grâce de l’écureuil me fait pardonner
Au fantôme de l’été, l’hiver de mon âge

Blandine Berne

*

Deux enfants se tiennent les bras
le temps d’un tour en train fantôme.
Ces souvenirs qu’on n’oublie pas
depuis le temps qu’on était môme.

Rien ne nous révélait qu’à l’ombre des statues
un muguet dormait, là où la terre était nue.
Je repense parfois à ces jours révolus
dont les fantômes toujours sont les bienvenus.

Marie Derley

*

Sur l’écran la souris dévisse
A la poursuite du fantôme
Le bandit traîne un couteau suisse
Pas d’Halloween place Vendôme

Enchevillés par un boulet
Un fantôme tient fantômette
Elle lui offre son alouette
Il lui attache une gourmette

Nathalie Dhénin

*

(Cliquer pour agrandir)

Nafas

Fleur de lotus ouverte sur l’eau verte.
Vibre le vent, mais ferme, ta corolle.
Fuite fondée dessus l’assise offerte,
Vide mouvant, mais ferme, ton obole.

Flûte subtile aux clartés de cristal,
Bambou creusé au gazouillis champêtre.
Fût vibratile où circule, vital,
Le souffle vertical, filament d’être.

Chant du verdier en vol – vite perché,
Vacille sur le frangipanier suave.
Fente Aum des lèvres – brise enivrée,
Effloraison qui défait tes entraves.

Kathrine Hasnaoui

*

(Cliquer pour agrandir)

Le bateau fantôme finit sa balade,
Sur une plage d’Irlande il se repose.
Elle dévisage l’homme au teint malade,
Cet ancien amant couché par la cirrhose.

Glaçon fondant dans le jus désaltérant
S’amincit pour devenir indétectable.
Garçon fantôme derrière son écran
S’éloigne de plus en plus de ses semblables.

Le grand duc d’Europe cherche un nouveau domaine,
Construit un nid de poils et plumes dans la Drôme.
La grand-mère tricote la chaleur humaine
Qu’elle donnera même devenue fantôme.

Olivier Gabriel Humbert

*

Appel à fantômes fantôme à la peine

Fantômes d’aujourd’hui ne sont plus édentés
car s’ils le sont, un masque bleu cache les trous.
Des atomes crochus depuis l’éternité
hantent le ciel d’azur dans leurs draps d’amour fous.

Jean de Kerno

*

Dans la maison au bout du chemin
Il ne reste que de vieux fantômes.
Te souviens-tu du manoir ancien
Où nous allions quand nous étions mômes ?

Pour l’écrevisse du ruisseau,
La vie n’est pas toujours facile.
Pour le fantôme du château,
La mort est un long drap tranquille.

Fantômes de la nuit,
Où partez-vous le jour ?
Quand apparaît l’ennui,
Comment sauver l’Amour ?

Cédric Landri

*

Traces blanches comme du sel gemme,
torrents taris par les sécheresses.
Sinueux comme des âmes en peine,
sur tes joues, les fantômes des averses.

Les fantômes empruntent les chemins
que les vivants n’ont pas voulu tracer.
Evite les mille regrets de demain,
tes rêves ne doivent pas être effacés.

Entre brumes et brouillard,
entre nuages et nuées.
Sur la lande, il se fait tard,
les fantômes se font fumées.

Briser la glace sans réfléchir
à tant de reflets frelatés.
Les fantômes te font frémir
car ils recèlent la vérité.

Yann Quero

*

Les écureuils cachent leurs noisettes
Les retrouveront-ils au Printemps?
Sous les masques, grimaces ou risettes
Fantômes de notre vie d’avant.

Plus de fleurs au jardin.
La belle saison s’en est allée.
Peau lisse, joli teint
Fantômes de ma jeunesse passée.

Sylvia Rosset

*

(Cliquer pour agrandir)


Amélie Sapin

*

(Cliquer pour agrandir)

Jean-Marc Sire

*

Photopantoun d’illustration : papantoun de Jean de Kerno sur un cliché d’Anousha Dubois

Laisser un Commentaire