Sélection La Fontaine

Source de l’image : Pixabay

La Fontaine au long cours
II

Sélection thématique

Suivie de notre page permanente
Apprentis pantouneurs

Fables – quatrains

Dispersion

Chat veut attraper ombre et papillon
S’agitant dans tous les sens comme un fou.
À s’éparpiller plus que de raison,
On n’aboutit jamais qu’à rien du tout.

Le chêne et le roseau

Le chêne toisa le roseau avec condescendance.
La tempête arracha l’arbre. L’autre, sans se rompre, plia.
Il faut savoir reconsidérer sa puissance,
Ne pas mépriser autrui, ni être trop sûr de soi.

Cliquer pour agrandir

 

Cliquer pour agrandir

 

Cliquer pour agrandir

Amélie Sapin

***

Cou gris du gros mâtin pelé,
ventre de loup fort affamé.
Entre gamelle et liberté
choix de pauvre n’est point aisé.

Le Corbeau et le Renard

Queue flamboyante et beau ramage
Maître Renard mène la danse
En habit noir, bercé d’hommages
Messire Corbeau perd la cadence

Il en oublie son beau fromage
Adieu veau vache cochon couvée
C’est ainsi qu’on perd son panache
Pour un compliment bien tourné

Mavoie

***

Le corbeau voulant imiter l’aigle

Sa force n’égalant pas sa convoitise,
Un corbeau au lieu de prendre fut pris.
Ne gouverner qu’avec la vantardise
C’est au bout du chemin trouver le pilori.

Valeria Barouch

***

La Tortue et les Deux Canards

Par deux Canards portée
Dame Tortue, en l’air.
Avec quelques alliés
Peut s’explorer la Terre.

Parlant pour triompher,
Dame Tortue chuta.
Souvent, à s’en vanter,
L’excursion tombe à plat.

Cédric Landri

Fables / pantouns

Le loup et la cigogne

Bien empêtré ce loup avec dans la gorge, un os qui l’entaille.
Dame Cigogne l’en débarrasse, mais attend toujours des remerciements.
Attendrie, bien que pressée, je cède ma place à un vieil homme chargé de victuailles.
Hélas après celui-ci la caisse du Supermarché ferme, l’aïeul ricane « pas de bol », en s’esquivant.

Sylvia Rosset

***

Dame Grenouille est ambitieuse,
et Monsieur Boeuf bien prétentieux !
Dame Isabelle est amoureuse,
mais le désir fort capricieux.

*

Dame Fourmi qui veille au grain
Au diable soient les paresseux !
Et moi je cherche mon chemin
Au hasard de quatrains douteux …

Mavoie

***

Fable de La Fontaine où la dame Tortue
arrive la première en allant lentement.
Flemme soudaine qui sur moi s’est abattue
ce travail je ne le ferai pas maintenant.

*

Le lièvre de la fable, l’histoire est connue
s’amuse, broute et se repose insouciamment.
Fièvre respectable de besognes ardues :
pour moi ça ne sera jamais le bon moment.

Marie Derley

***

Le pouvoir des fables.
à M. de Barrillon*

La qualité d’ambassadeur
Peut-elle s’abaisser à des contes vulgaires?
Vous puis-je offrir mes vers et leurs grâces légères ?*
Puis-je être votre pantouneur ?
J’ai pêché jusqu’au soir en épuisant mes vers
Et pour vous les carangues s’accrochaient par paires.

*

Les grenouilles se lassant
De l’état démocratique,
Par leurs clameurs firent tant
Que Jupin les soumit au pouvoir monarchique.*
Passez-moi quatre cents ans
Nos batraciens rhétoriques
Las de l’élyséen chant
Redemandent de la trique.

*Texte de La Fontaine

Jean de Kerno

***

Le loup et le chien

Le loup enviait du chien les rondeurs
Mais refusait le prix de l’écuelle pleine.
Ton petit chez-toi ne manque pas de saveur,
Mais j’aime mieux courir pingouins et baleines.

Les deux mulets

Deux mulets cheminaient ensemble,
L’un vantait sa charge et fut attaqué.
Je me débijoute lors de flâneries humbles
Pour ne pas voir des filous débarquer.

Valeria Barouch

***

Trois doubles fables, en suites de pantouns d’après Ésope
en hommage à la Fontaine

Les mouches – Le riche et le tanneur

Dans le cellier, du miel de sapin a coulé,
Deux mouches arrivent « par l’odeur alléchées »…
Un homme aisé près d’un tanneur vient s’installer :
Bel endroit que les effluves viennent gâcher !

Les diptères noirs avalent sans ralentir,
Le nectar les comble, ils ne s’arrêtent pas.
L’homme riche supplie son voisin de partir :
Celui-ci acquiesce et ne déménage pas…

Ventres rebondis, mais les six pattes collées,
Les insectes se comprennent piégés ici.
Aux discussions, énervements et céphalées,
Succèdent la résignation ou l’anosmie.

Les malheureuses mouches goulues ont péri :
Mort du plaisir dans un excès de gourmandise…
Monsieur fortuné, avec son voisin, rit ;
Finis les désagréments, l’habitude est prise !

Les deux coqs et l’aigle – le joueur de cithare

Deux coqs se battent dans un poulailler :
Bruits de plumes, gloussements et coups violents.
Un joueur de cithare se met à brailler,
Du matin au soir, il hurle sans talent.

Sur le plus haut mur pour séduire les poules,
Le vainqueur va chanter son cocorico
Le vocaliste confiant veut plaire aux foules
Il passe de sa salle d’eau au fiasco

Un aigle charmé par le cri du galliforme
Fond sur lui et l’emporte comme repas.
Sur la scène, étranges sont les sons qu’il forme,
Sous les huées, il fuit et ne finit pas.

Le coq vaincu qui s’était caché dans l’ombre
Ne sera pas repoussé par les femelles !
Le chanteur est peiné et sa mine est sombre :
Il change d’orientation professionnelle.

Deux coqs, l’orgueilleux perd lorsque l’humble gagne :
Le moins fort par Seigneur oiseau est aidé…
Carrière politique : il part en campagne.
D’un faible talent naît l’incapacité…

La chauve-souris et les belettes – l’astronome

Une chauve-souris qui est tombée au sol
Est bientôt attrapée par une belette.
À douze ans et demi, il prit son envol,
Capturé par le ciel noir dans sa lunette.

Pour échapper à l’ennemie des oiseaux,
L’animal se dit souris très loin des plumes.
Pour se libérer du monde et ses réseaux,
Il questionne l’espace, les jours sans brume.

Pour se soustraire à l’exécreur de rongeurs,
La bête se revendique chauve-souris.
Soudain, il disparait dans les profondeurs
D’un puits non vu, car la Lune est belle, et crie !

Le chéiroptère colle aux circonstances :
Nécessaire est l’adaptation pour la survie.
Si cet homme est un grand maitre dans sa science ;
L’ordinaire de la vie n’est pas pour lui…

Olivier Gabriel Humbert

Apprentis pantouneurs

       Après Les Fantômes des Apprentis Pantouneurs en provenance du CM2 de l’École Sainte-Croix de Neuilly travaillés par Armelle Grellier-de Calan (voir Blog Pantoun & Cie et n°27), voici une nouvelle sélection du CM2 classe Broadway de cette année, centrée sur La Fontaine. Suivie d’une première mais riche expérience d’initiation au pantoun en collège, avec deux moissons de classes de 6° conçues et dirigées  par Véronique Viala, au Collège de l’Épine, Novalaise (Savoie).

Cliquer pour agrandir

Illustrations :
Spectacle  Les 400 coups  de La Fontaine
Avec le soutien du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes
Décors réalisés par les élèves de CM2 de l’École Françoise Dolto Marcy l’Étoile
(Atelier Dominique Charrel – D’après modèles divers)

       Merci, monsieur de La Fontaine, tu nous a donné ton coup de pouce formidable pour ouvrir de manière permanente à l’attention des jeunes publics cette section Apprentis Pantouneurs ! Merci de la part d’enseignants mobilisés et de tous les pantouneurs du monde, car ces jeunes pantouneurs nous comblent avec la spontanéité de leur talent pour l’image, leur force de perception du réel, leur courage de dire. Merci, jeunes poètes, de nous ramener au ressenti vrai, moelle du « vrai pantoun » !

École Sainte-Croix de Neuilly

Cliquer pour agrandir

La rose, fleur piquante, sait y faire
Face aux prédateurs : chèvre, brebis, vache et jument.
Les petits, en toute affaire,
Esquivent fort aisément.

Cliquer pour agrandir

Percuté par un fou du volant,
Il n’avait que treize ans…
On voit que de tout temps
Les petits ont pâti des sottises des grands.

Le galopin s’est moqué du clochard,
Ses parents sont partis et il est bien puni.
L’absence est aussi bien un remède à la haine
Qu’un appareil contre l’amour.

Un jour plus tôt, un jour plus tard,
Ce n’est pas grande différence.
Hier enfant, aujourd’hui pré-adolescent,
Ce n’est pas grande différence.

Cliquer pour agrandir

Collège de l’Épine (Novalaise)

6ème A

Chaque tuile sur le toit
Sert à nous abriter de la pluie
Chaque personne qui fait un choix
Est activiste de sa vie
Léo

Cette nuit j’ai rêvé de lune
Une pomme est tombée de l’arbre
Je n’ai pas de rancune
Bien que mon cœur ait été fendu comme d’un coup de sabre
Lilian

Quand la foudre a éclaté
L’arbre s’est brisé
Quand sont revenues les méchancetés
Mon cœur s’est divisé
Robin

Le loup n’est pas totalement méchant
Il est juste protecteur de ses petits
Le bonheur n’existe pas vraiment
Notre pensée l’embellit
Soline

Chaque feuille de l’arbre
Joue un rôle majeur
Chaque amitié comme du marbre
Affermit notre cœur
Emma

Dans le jardin de bonne heure
Une plante a poussé
Dans mon cœur
Une personne est entrée
Ambre

6ème B

La montagne surplombe les maisons
Les nuages volent dans le ciel
Mon cœur est en explosion
Tout à coup je me sens pousser des ailes
Baptiste

Contempler une libellule
Se poser sur une fleur
Apprécier la quiétude
Se dévoiler dans mon cœur
Océlia

Voilà un chasseur
Soudain les feuilles se froissent
Souvent quand j’ai peur
Mon cœur s’angoisse
Mathias

Avec la chaleur
Le vase s’est brisé
Tu as fait fondre mon cœur
Ta haine l’a cassé
Arthur

Le soleil teinté de rouge
Derrière la montagne disparaît
Dans ma poitrine mon cœur bouge
Mon amour s’est envolé
Loreleï

Tout au fond de l’arbre
Un nid d’oiseau se cache
Tout au fond de mon cœur
Du bonheur s’y trouve
Victoire

La larve doit devenir coccinelle
La coccinelle doit devenir maman
Grandis ici car là-bas
Un jour viendra que tu partiras
Solène

La montagne est blanche
Elle surplombe le lac
Devant la candeur de mon enfant
Mon cœur s’emballe
Candide

*****

Laisser un Commentaire