Revue Pantouns : Numéro 24

Cliquez pour lire

Nous présentons dans ce vingt-quatrième numéro de Pantouns et genres brefs un ensemble poétique exceptionnel : les pantouns du poète mexicain Salvador Gallardo Tapete, disparu en 2017. Commentés et traduits de l’espagnol par Kistila en quasi-totalité, ces « poemas pantun » d’une grande figure littéraire mexicaine représentent une contribution à notre genre que nous attendions depuis longtemps, de la part de la langue de Cervantès ; et voici que celle-ci s’avère être une révélation majeure. Un bonheur ne survenant jamais seul, un second dossier de ce numéro finira de nous convaincre : l’état des lieux 2019 que fait Serge Jardin, depuis sa chère Melaka (Malacca), de l’entrée à l’UNESCO du pantoun. Un état des lieux qui, comme vous le lirez, semble bien impliquer… les poètes de Pantun Sayang ! 
D’autre part, nous lançons, à l’occasion de ce second numéro de l’année
un appel « au long cours », que la mise en ligne de la magnifique bibliothèque des
manuscrits du Mont Saint-Michel nous a inspiré : un abécédaire du Pantoun.
Enfin, en cliquant sur la couverture ci-contre, vous retrouverez aussi les contributions que vous nous avez envoyées et pour lesquelles nous vous remercions.

Encore mille mercis à Valeria Barouch pour la belle mise en page de ce nouveau numéro !

Nous tenons à remercier chaleureusement les contributeurs qui continuent de nous soutenir et de faire vivre cette revue, pour cette édition et dans l’ordre alphabétique : Micheline Aubé, Paul Aubé, Floriane Austruy, Valeria Barouch, Catherine Baumer, Noël Bernard, Michel Betting, Armelle Grellier-de Calan, Patricia Houéfa Grange, Serge Jardin, Jean de Kerno, Kistila, Cédric Landri, Michael H. Lester, Yvonne Morand, Yann Quero, Christine Saint-Geours, Romain Tribalat, Jean-Claude Trutt et Georges Voisset. Nous encourageons quiconque souhaite s’essayer à l’art du pantoun à nous envoyer ses créations.

Notre adresse d’envoi pour vos contributions :
pantunsayangafp(a)gmail.com

Très bonne lecture et au plaisir de lire vos pantouns (et pantbun) !

Laisser un Commentaire